Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 09:07

Parfois, les recherches viennent de questions bien étonnantes. Il y a de cela quelques semaines, un élu m'a demandé « savez-vous pourquoi certains coqs d'église ont des attributs? ». Je l'ai regardé, un peu étonnée, me demandant s'il voulait bien dire ce à quoi que je pensais. Eh bien oui, il voulait savoir pourquoi certains coqs en haut des clochers avaient des « attributs » et d'autres non.

Un défi était lancé. J'ai commencé à prendre en photographie les coqs des églises que j'étais amenée à visiter et ce, au téléobjectif parce que très sincèrement, il est difficile de distinguer les « détails » de ces animaux quand ils sont à plusieurs dizaines de mètres du sol. Et oui, certains coqs n'ont que des barbillons (partie rouge située sous le bec). Il en résulte que ce sont en fait des chapons.

Mais l'intérêt de cette étude ne s'arrêtait pas là. En effet, il faut savoir que le coq n'a pas été placé en haut des églises en tant que symbole du peuple gaulois, mais en référence à un texte de Saint Grégoire, Les Moralia, qui distinguait trois animaux capables de repousser les rois et leurs armées : le lion, le coq aux reins ceints et le bélier. Et de faire du coq castré l'animal auquel il est possible de rattacher les premiers clercs qui devaient être au-dessus de toutes pulsions charnelles pour guider les fidèles. Le coq est également l'animal qui, en annonçant le lever du jour, a permis aux premiers fidèles de connaître l'heure de la première prière et c'est également à lier à la puissance du renouveau quotidien. C'est donc celui qui rassemble les fidèles.

Cela a donné lieu à de nombreuses pratiques populaires, encore en vigueur actuellement, où on enjambe le coq avant qu'il soit béni par le curé et hissé en haut du clocher. Il était même amené aux malades ou aux personnes âgées pour qu'elles puissent également l'enjamber. Il était aussi conseillé aux jeunes garçons de l'enjamber également afin qu'ils puissent dire à leurs fils : « tu vois, moi ce coq je l'ai enjambé ». Ils étaient également gravés sur les murs des églises par pose directe du coq ou bien peint à l'intérieur sur les voûtes, comme dans l'église de Courdemanche.

Par la suite, le terme « gallus » qui voulait dire à la fois « coq » et « gaulois » a commencé à être utiliser par les ennemis du royaume de France pour désigner un peuple couard et lâche, en fait sans « attributs » virils. Cette assimilation entre les deux significations possibles du terme latin vient de l'extérieur du royaume. Les Anglais ou les Italiens se sont servis du texte de La Guerre des Gaules de Jules César qui faisait des Gaulois les premiers habitants du royaume. La royauté s'est trouvée alors dans la quasi obligation de réhabiliter le coq doté de ses attributs comme symbole de la vigueur, du courage et de la surveillance pour le peuple français.

Mais le coq avec attributs n'en devient pas pour autant un symbole utilisé en héraldique et l'aristocratie ne le reprend pas à son compte. Il est ainsi très rare de voir un coq sur des armoiries et si vous en trouvez, il faut alors regarder s'il dispose de sa crête ou non, signe de puissance. C'est donc au moment de la Révolution Française que les représentants du peuple choississent alors l'animal comme preuve de la fierté nationale.

Ainsi le coq sans attributs est plutôt un symbole religieux alors que celui avec attributs est un symbole républicain. À méditer pour tous ceux et toutes celles qui auront à choisir le prochain coq de leur église.

Les coqs sans attributs - France Poulain

Les coqs sans attributs - France Poulain

Les coqs sans attributs dessinés ou gravés - France Poulain

Les coqs sans attributs dessinés ou gravés - France Poulain

Les coqs republicains avec attributs - France Poulain

Les coqs republicains avec attributs - France Poulain

Partager cet article

Repost 0
Published by France Poulain - dans Les Essentiels
commenter cet article

commentaires