Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 20:33

Le colombier est l'un des motifs paysagers traditionnels du département de l'Eure. Il en resterait plusieurs centaines édifiés et plus encore dans la mémoire et dans les documents d'archives. Le colombier impressionne pour deux raisons. La première est qu'il rappelle un passé féodal où les droits des Seigneurs et du Roi conduisaient le pays et la seconde de part sa qualité architecturale qui en fait un objet fini.

Les dimensions vont de 6 à 8m de diamètre, pour environ 8 à 10,5m de haut. Il n'existe, contrairement à d'autres régions françaises, pas de relation entre le nombre de boulins et la surface de la propriété ; mais il fallait néanmoins que les pigeons présents ne portent pas un tort trop important aux cultures sur lesquelles ils allaient se nourrir. Un principe de raison conduisait donc à ne pas avoir trop de pigeons. Les révoltes paysannes ont été nombreuses et ce sont elles, avec les procès, qui nous donnent des éléments sur la manière dont cela se passait autrefois.

La Normandie a bénéficié d'une législation particulière, due à son passé de terre connexe au royaume de France. À partir de la fin du 13ème siècle, seul les détenteurs d'un droit fief de haubert détiennent le droit de colombage. Ce droit n'est pas divisé (et donc multiplié) lors des héritages. Les terres roturières ne pouvaient avoir de colombage et si un colombier était déjà présent sur les terres, un impôt spécial était alors prélevé (pour aller plus loin, voir à ce propos Les colombiers en Pays d'Auge par Paul et Marie-France Barabé).

Les techniques constructives sont diverses, avec des colombiers intégralement édifiés en bauge, en briques ou en colombage. Les colombiers en pierre de taille sont les moins fréquents.

Le principal problème pour ces édifices est leur désaffectation contemporaine. En effet, ils ne sont plus utilisés à accueillir des pigeons. Leur forme souvent circulaire et l'absence de baies ne prédestinent pas à changer facilement des fonctions et à être transformées.

Les quelques colombiers transformés le sont soit en salle de réception, soit en habitation (mais l'escalier central prend beaucoup de place) et le plus souvent les colombiers servent de granges ou d'étables. Néanmoins, la tendance à restaurer les anciens édifices permet d'espérer une préservation de ces témoins du passé.

Les colombiers de l'Eure - Les Essentiels - Connaissance n° 98

Partager cet article

Repost 0
Published by France Poulain - dans Les Essentiels
commenter cet article

commentaires