Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 20:54

Cette dénomination de curiosités architecturales regroupe des éléments d’ornementation relativement rares. Pour les découvrir, il faut au passant faire preuve de curiosité pour les apercevoir. Trois clés peuvent être utilisées pour mieux les repérer.

1/ Savoir en premier regarder avec une certaine lenteur les paysages bâtis ou naturels qui nous entourent est une première clé. La personne pressée par le temps peut ne pas découvrir grand-chose car nombre de ces curiosités sont de petites dimensions.

2/ Ne pas porter de jugement sur ce que l’on voit en est une seconde. En effet. nombre de curiosités peuvent paraitre de prime abord populaires, curieuses ou enfantines alors qu'il s'agit de la transposition d'une manière de voir et de comprendre d’une autre époque, dont les codes, les rêves,... ne sont pas ceux d’aujourd’hui. Le monde qui nous entoure est à voir sans a priori. Car la curiosité vient toujours d'objets ou de lieux qui nous sont étranges ou étrangers alors qu'ils ne le sont pas pour celui qui y vit ou qui les a faits. Il n'existe pas de curiosités universelles et que tous pourraient regarder comme telles. Or notre époque de communication mondiale pourrait avoir tendance à uniformiser notre émotion et notre regard.

3/ Aller sur le terrain est le troisième de ces clés. Il s’agit de ne pas se satisfaire de photographies ou d’autres médias qui nourrissent notre quotidien d’aujourd'hui. Une lumière, une ambiance, une rencontre avec les habitants… alimentent aussi une part importante de notre faculté à découvrir des pépites de curiosité visuelle.

Quatre catégories appartiennent à « mon panthéon » de curiosités architecturales. Et j'emploie à dessein le « je » car il appartient à chacun de découvrir les siennes propres.

Il existe tout d'abord des objets à motifs paréidoliques qui prennent des traits humains. Il en existe de nombreux exemples dans le département en terme d'architecture où deux fenêtres deviennent des yeux, une porte une bouche et ainsi de suite... Si vous commencez à les chercher, vous remarquerez pourtant qu'ils ne sont pas si fréquents que cela.

Viennent ensuite les collages en vaisselle ou coquillages datant plutôt de l'après-guerre et qui appartiennent au grand mouvement d'auto-décoration lancé par le Facteur Cheval. Certains habitants ressentent en effet le besoin de décorer tout leur environnement (de la cave au grenier) avec des morceaux de vaisselle ou en re-sculptant du ciment... hors des catégories classiques d'ornementation des façades.

Il existe également une grande catégorie un peu fourre-tout d'éléments sortis de leur contexte tels des simili-châteaux forts, des herses en guise de clôture, des haies de thuyas taillées en créneaux, des grilles dignes du Château de Versailles pour un tout petit pavillon, des maisons recouvertes de nains de jardins ou encore en fin d’année la « floraison » de décorations de Noël dans le jardin... Ces éléments sont souvent assez visibles.

Et pour finir, il reste tous les éléments d'appropriation ou de marques anciennes, comme les volets ajourés de motifs indiquant le métier de l'artisan à Verneuil sur Avre ou les initiales en culs de bouteilles sur les façades de Quillebeuf-sur-Seine…

Les curiosités architecturales de l'Eure - Les Essentiels - Connaissance n°116

Partager cet article

Repost 0
Published by France Poulain - dans Les Essentiels
commenter cet article

commentaires