Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 20:46

La frontière de l’Avre a depuis quelques années été bien étudiée par des travaux universitaires, par une reconnaissance collective tant par les collectivités locales, ou par des entités extraterritoriales comme le Pays d’Avre, d’Eure et d’Iton. Ce dernier organisme, avec l’Office de tourisme de Verneuil propose depuis quelques années un circuit des Fossés royaux depuis Saint-Christophe-sur-Avre. Ces Fossés royaux nous replongent dans l’histoire de la Normandie et les affrontements entre le roi de France et le duc de Normandie, par ailleurs roi d’Angleterre.

Les fossés royaux dans l'Eure - Les Essentiels - Connaissance n°105 avec Denis Lepla

La carte de l’Evesché de Chartres divisé en archidiaconez et diaconnez, par Alexis-Hubert Jaillot, en 1701, donne les contours de l’évêché, à l’aide de traits de couleurs différentes. Pour la partie nord, l’Avre (frontière naturelle et historique) est bien reportée. Elle est complétée par une bande pleine dessinée en retrait, avec la mention les Fossez le Roy, donnant à ces quelques kilomètres l’aspect d’une frontière infranchissable, ponctuée des places fortes Verneuil, Tillières et Nonancourt. Il s’agit aujourd’hui de la partie méridionale du département de l’Eure.

Ces Fossés royaux, que l’on trouve aussi dénommés Fossés-le-Roi, Fossés du Roy sont évoqués pour la première fois dans la Chronique de Robert de Torigni. Son auteur, abbé du Mont-Saint-Michel (entre 1154 et 1186) relate les évènements de son époque et relève que le roi Henri [II] fit construire des fossés hauts et larges entre la France et la Normandie pour tenir éloignés les pillards. Il compare ensuite ces fossés aux digues (ou torses) que le même roi fit faire sur la Loire pour empêcher que les moissons et les prés soient envahis par les eaux. Ces évènements sont datés des années 1168-1169. Le chroniqueur évoque les hommes payés pour garder les digues, les exemptions accordées (service militaire, taxes), mais ne dit rien sur les moyens employés, humains ou techniques. Les Fossés royaux, au niveau descriptif, sont constitués d’un fossé et d’un talus. Le talus est haut de 5 à 9 mètres, le fossé large de 3 à 4 mètres. On ne sait si la structure était ou non complétée de moyens de défense comme des pieux par exemple.

Ce genre de fortifications de terre était assez courant dans la défense des frontières territoriales, au XIe siècle aux confins du comté de Mortain, des territoires de Bellême. Des Fossés-du-Roi ont également été réalisés après 1150 sur la frontière de la Bresle, entre Gaillefontaine et Aumale (76).

Les Fossés royaux « sur l’Avre » ont des dimensions suffisamment remarquables pour figurer encore aujourd’hui dans la toponymie, sur les cartes IGN, bien après avoir été mentionnés dans certains cartulaires (comme celui de la Trappe) comme repères topographiques.

Le tracé des Fossés royaux sur la frontière méridionale du duché de Normandie a été à peu près reconstitué, depuis Le Mêle-sur-Sarthe (Orne) jusqu’à Muzy (Eure). Ils sont visibles en totalité ou en partie à Moulins-la-Marche, Bonsmoulins, Les Genettes, Les Aspres (frontière du Perche), le long de l’Avre (frontière sud) depuis Irai, Beaulieu (Orne), en passant par Chennebrun, Saint-Christophe-sur-Avre, Pullay, Verneuil-sur-Avre, Courteilles, Tillières-sur-Avre, Breux-sur-Avre, Nonancourt, Mesnil-sur-L’Estrée.

Les portions restantes se trouvent en forêt, ou en limites entre zones habitées et terres agricoles. Les plus significatives dans l’Eure se trouvent dans le canton de Verneuil-sur-Avre, à Chennebrun, à Saint-Christophe-sur-Avre (en forêt, dans le bourg, au Genetay, le long du Chemin Perrey voie antique encore utilisée au Moyen Âge sous le nom de Via regia ou Via publica), à Verneuil-sur-Avre (à La Chabotière), à Bâlines, à Courteilles (à plusieurs places à travers le bourg), à Tillières-sur-Avre (à La Haye Rault).

Les fossés royaux dans l'Eure - Les Essentiels - Connaissance n°105 avec Denis Lepla

Partager cet article

Repost 0
Published by France Poulain - dans Les Essentiels
commenter cet article

commentaires