Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 20:56

Il est possible de voir au sol des cimetières ou sur les façades de quelques maisons des pierres bleutées turquoise, aux couleurs changeantes et aux arrêtes tranchantes. Il s'agit de cline qui correspond au « laitier de fonderie », le résidu qui coule lorsque l'on ajoute du calcaire pendant la cuisson du minerai. L'apport de calcaire permettait de réaliser la fusion du minerai à une température moins élevée et d'augmenter le rendement. Le résidu très chaud coulait sous la forge et constituait une sorte de verre qui se solidifiait progressivement. Cela explique les différences dans la nature même des échantillons que l'on trouve aujourd'hui : certains sont très sombres, quasiment noir, d'autres bleu foncé, bleu azur, turquoise quasiment vert... avec des bulles dans certains cas ou des restes de sables pas encore complètement fondus. Parfois pour les morceaux de grande tailles, il est possible de voir les couches successives.

Ce résidu de vitrification est lié à l’implantation des premières fonderies de la période gallo-romaine jusqu'au 18ème siècle et les évolutions techniques de la période proto-industrielle. Il est nécessaire de réaliser des datations au carbone 14 pour connaître précisément la date de formation et déterminer des liens entre des fonderies notamment des 17 et 18ème siècles connus par des textes anciens. Il est plus délicat de faire le lien entre de la cline et des vestiges gallo-romains. Sauf peut être pour la cline retrouvée dans le cimetière de l'église de Condé sur Iton car cette commune fut l'un des premiers centres métallurgiques de Gaule.

Des voies romaines venant de Paris, d'Evreux, de Lisieux, du Mans, de Jublains en Mayenne et de Rugles y aboutissaient. Des monnaies romaines, des poteries de terre rouge, des traces d'aqueducs et un cimetière antique ont été retrouvés à proximité du site de l'église (in Poulain Georges. Découverte et exploration d'une villa agraria romaine, près de Condé-sur-Iton (Eure). In: Bulletin de la Société préhistorique de France. 1913, tome 10, N. 6. pp. 338-340).

Les habitants du pays trouvent encore de nombreux morceaux de cline , appelés « les Montages » car ils forment de grands tas. Je n'ai pour ma part vu que jusqu'à présent que de petits fragments mais des études archéologiques ont permis de trouver des blocs de cline d'environ 1m3, soit un fond de forge (fouilles pour la déviation de Gisors, 2012). A Francheville également, la cline est très présente dans le paysage notamment parce que cette commune à compter jusqu'à 400 forges en 1814 (à voir au musée local de la Ferronnerie).

Ces éléments de cline continuent à être considérés comme un résidu, un déchet industriel. Certains les ont concassé pour en faire des petits débris de quelques millimètres ajoutés ensuite au mortier, comme on le fait avec le sable ou la brique pillée, « la chamotte ». De nombreuses églises du sud de l'Eure ont ainsi un enduit à la chaux dans lequel se trouvent des milliers d'éclats de cline, difficiles à distinguer car les murs des églises n’en deviennent pas bleutés pour autant. A la Ferrière sur Risle, la cline a été utilisée pour fabriquer des parpaings dont certains sont encore visibles à l'abbaye de Grammont au Chatel la Lune.

De manière moins fréquente et nécessitant une vigilance particulière, la cline a été utilisée notamment à Bourth, à La Neuve Lyre... comme élément de parement décoratif pour les façades des maisons. Mais l'usage peu fréquent de ce matériau est peut être explicable du fait de ses formes irrégulières et du manque de faces planes mais l'explication vient sans doute du fait qu'il s'agissait d'un déchet et qu'il n'était alors considéré comme un matériau valorisant pour les édifices.

La cline du Sud de l'Eure - Les Essentiels - Connaissance n°117

Partager cet article

Repost 0
Published by France Poulain - dans Les Essentiels
commenter cet article

commentaires