Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 21:10

Le patrimoine industriel de l'Eure peut être décomposé en quatre grandes catégories.

Le premier est lié aux éléments architecturaux ou urbains pouvant être qualifiés de proto-industriels comme l'usine de fabrication de peigne d'Ezy sur Eure. Il s'agit de bâtiments où pour la première fois, des personnes qui faisaient de manière artisanale des peignes chez eux dans leur maison ont été regroupées pour améliorer la qualité et surtout la quantité produite. Les premières chaînes de mécanisation voient le jour avec des postes de travail dédiés. La complexité de cette catégorie est qu'il existe relativement peu de lieux de ce type et que les ouvrir à la visite (en présentant les savoir-faire d'autrefois) est difficile à mettre en œuvre en terme de sécurité et d'accessibilité.

Le deuxième est lié à une spatialisation précise des types de proto-industries avec la vallée de l'aiguille au niveau de la Vallée de la Risle, le travail du cuir à Pont Audemer, la chaussure à Pont de l'Arche... Autant de lieux pour lesquels des mises en valeur patrimoniales ont été réalisées grâce à des œuvres d'art sur les ronds-points, des ouvrages...

Il n'est pas si fréquent que des traces bâties soient encore en place, à l'exception des moulins encore présents, qu'ils soient éoliens ou hydrauliques. Mais si les bâtiments demeurent, les mécanismes ont disparu. Dans la majeure partie des cas, les propriétaires privés n'ont pas eu les moyens d'entretenir les énormes mécanismes. À l'exception des éléments devenus monuments historiques comme le moulin d'Andé ou lorsque des associations locales se lancent dans la sauvegarde, voire le sauvetage, desdits éléments.

Le troisième est lié à la présence d'usines en zone aujourd'hui devenues centrales dans les agglomérations modernes. Si au 19ème et au 20ème siècles, les grandes usines étaient souvent installées à l'extérieur de la partie historique des communes, elles se sont progressivement retrouvées imbriquées dans les espaces urbains et sont devenues, à notre époque, de véritables richesses foncières. La question est alors souvent de savoir s'il faut effacer ces bâtiments (avec plus ou moins de sensibilité et de soin) pour construire de nouveaux quartiers plus adaptés aux besoins modernes, ou bien alors conserver ces bâtiments en leur trouvant de nouveaux usages. Ces grands espaces, souvent inchauffables et présentant de nombreuses traces du passé (plomb, pollution, amiante...), sont complexes à réinvestir autrement que par des usages ponctuels, en tout cas non habitables (Louviers).

Dans certains cas, les usines reconverties deviennent des lieux culturels, comme la friche des 6000 à Fontaine l'Abbé ou l'usine à Zabu à Saint Germain des Angles. L'usine Zabu, du nom du célèbre sculpteur ébroïcien Jean Zabukovec, est devenu à la fois son lieu de vie et à la fois un espace de création et d'exposition sélectif d'art contemporain. Il a réussi à préserver ce patrimoine industriel fait d'une ancienne usine de textile, puis de bois, de métallerie et pour le bâtiment. Pour les 6000, l'ancienne filature désaffectée de 6000m² (d'où son nom) est le lieu d'un projet de réhabilitation et de transformation en un lieu artistique et culturel avec des lieux d'hébergement, de restauration et de création.

Le quatrième type de patrimoine est lié aux ensembles d'habitations collectives ouvrières constitués autour des usines ou dans les faubourgs des villes et qui présentent des caractéristiques architecturales de qualité, comme les cités ouvrières identifiées lors du diagnostic réalisé pour le Plan Local d'Urbanisme Intercommunal du canton de Rugles (Neaufles Auvergny, Rugles...) ou les ensembles en colombage de Perriers sur Andelle. Elles sont de plus en plus largement identifiées et mises en valeur. Des travaux ethnographiques ou architecturaux peuvent alors avoir lieu et mettre en valeur les différences que chaque famille a apporté sur des modèles souvent stéréotypés.

Actuellement, le réseau industriel eurois se concentre au niveau de la ville nouvelle de Val de Reuil et de manière plus éparse sur le reste du territoire. Certaines vallées, anciennement industrialisées, peinent à poursuivre leur vie économique.

Le patrimoine industriel de l'Eure - Les Essentiels - Connaissance n°129

Partager cet article

Repost 0
Published by France Poulain - dans Les Essentiels
commenter cet article

commentaires