Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 18:07

Les pierres tombales ont, de tout temps, été réutilisées au fur et à mesure que le souvenir effaçait des mémoires les personnes qui les avaient fait édifiées. Il est très rare que des dalles funéraires aient été préservées, à moins, bien souvent, qu'il ne s'agisse des dalles des seigneurs locaux, magnifiquement ouvragées et qui étaient scellées dans le chœur ou au niveau du transept. Dans ces rares cas, les responsables locaux n'ont pas entamées les pierres en cherchant à les remplacer ou à les réutiliser.

Dans tous les autres cas, il n'y a pas eu autant de considération ; non pas que la relation au défunt ait été moins respectueuse qu'aujourd'hui mais au contraire parce que ces pierres n'étaient considérées que comme une étape mais pas comme l'élément le plus important du souvenir. Le souvenir se faisait au travers des messes que l'on demandait au curé de prononcer pour la mémoire des défunts.

Ces retournements peuvent avoir plusieurs origines.

Dans la plupart des cas, il est fort probable que les plaques aient été déposées au moment de la migration des anciens cimetières vers l'extérieur des villes. Les plaques ont dû être déposées et, si certaines ont pu résister, d'autres ont dû se briser ou les familles n'étant plus présentes ou ne le souhaitant pas, les plaques se sont alors trouvées sans affectation.

Parfois, comme c'est le cas à Roman, c'est un acte volontaire des familles du village qui ont voulu transformer le sol de leur église et ainsi passer d'un sol en terre ou en planche à un sol « en dur ». L'indication présente sur le sol en exprime clairement la volonté. Mais ce n'est pas si fréquent, et il est sans doute possible d'y voir plutôt une volonté de faire des économies.

Les pierres tombales réutilisées des cimetières et églises de l'Eure - Les Essentiels Connaissance Eglise

En effet, les plaques coûtent cher et il est certain qu'une réutilisation est une solution moins onéreuse.

Les dalles ainsi récupérées ont le plus souvent servi dans les églises mêmes, à leurs abords immédiats tels certains murs de cimetières (notamment l'étonnant sarcophage disposé dans le mur de Surville), ou bien encore des marches extérieures ou des sols couvrant les porches. À l'intérieur, les plaques funéraires faites de matériaux solides et durs ont été reconvertis pour être disposées aux endroits stratégiques tels les emmarchements pour mener au chœur ou à l'autel.

Notons qu'il n'y a pas de recherche de dissimulation de ces réutilisations, tant parce qu'il est souvent possible de lire des bouts de phrase ou de voir des décors mais aussi parce que les dalles ont été retaillées en fonction des besoins. Cela met bien en lumière qu'il ne s'agissait d'actes honteux. Et si nous avons réussi à en retrouver dans de nombreuses églises, il est fort probable que leur nombre est encore plus important puisque, une fois retournées, il n'est plus possible de voir leur destination première.

Les pierres tombales réutilisées des cimetières et églises de l'Eure - Les Essentiels Connaissance Eglise

Partager cet article

Repost 0
Published by France Poulain - dans Les Essentiels
commenter cet article

commentaires