Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 18:29

Sur quelques 700 églises que compte l'Eure, l'analyse du positionnement des clochers met en avant deux grandes catégories : celles du clocher intégré dans la toiture (au-dessus de l'entrée, du choeur...) et celles du clocher situé au niveau de la croisée de transept. Ces deux catégories regroupent 79% des églises de l'Eure. Il est également possible que les constructeurs aient fait une tour-clocher accolée mais dont la structure est indépendante. Tous les clochers-tours positionnés au niveau de la croisée de transept ou enserré pour toute ou partie de leur périmètre par un pan de toiture appartenant à l'édifice entier n'ont ainsi pas été intégrés à l'étude. Ainsi, les tours-clochers accolées peuvent être situées à l'Ouest et servir également de porche d'entrée ou être placées au Nord ou au Sud de la croisée de transept.

Datant des périodes romanes à gothiques, la tour-clocher peut être en pierre : moellons, pierre de taille en craie, grès, grison (Aizier, Ailly, Ambenay, Amfreville les Champs, Amfreville la Campagne, Amfreville sur Iton, Appeville-Annebault,... 95) 14%

Les tours-clochers peuvent également être en briques et toutes ne datent pas du XIXe siècle (Acquigny, Les Barils, Bosguet, Boulleville, La Chapelle Gauthier, Condé sur Risle, Conteville, Flipou, Louye, Malouy, La Barre en Ouche, La Roussière, Saint Grégoire du Vièvre, Saint Siméon, Vascoeuil, 15) 2,1% ; ou en composé avec un chaînage de brique et enduit (La Couture Boussey, Fontaine l'Abbé, Gournay le Guérin, Grossoeuvre, La Haye Malherbe, La Haye Saint Sylvestre, Longchamps, Mandres, Manneville sur Risle, Martagny, Gisay la Coudre, Mezieres en Vexin, Saint Aubin de Scellon, Saint Denis des Monts, Saint Germain la Campagne, Saint Vincent des Bois, 16) 2,3% ; ou en damier brique et silex ou craie et silex ou enduit (Beauficels en Lyons, Campigny, Capelle les Grands, La Croix Saint Leuffroy, Le Vieil Evreux, 5) 0,7%.

Le béton est également présent (Pressagny-L'Orgueilleux, La Manoir, 2) 0,3%. Ces églises sont celles qui ont été complètement ou grandement restaurées au sortir de la seconde Guerre Mondiale.

Il existe également des tours-clochers à pans de bois (Bémécourt, Notre Dame du Hamel, Pullay 3) 0,4% ; ou en soubassement pierre et élévation en pans de bois (Houville en Vexin, Martainville, Saint Aubin sur Gaillon, 3) 0,4% ; ou en brique et silex enduit avec élévation en pans de bois (La Poterie Matthieu, 1) 0,15% ; ou en soubassement pierre sans doute une chapelle primitive et élévation en pans de bois (Houlbec-Cocherel, Mesnil-Verclives, Mouflaines, Puchay, Saint Christophe sur Avre, Saint Germain de Fresney, 6) 0,8%.

Ainsi, seuls 1,7% des clochers de l'Eure ont une tour-clocher accolée à l'église où au moins 1 niveau est à pans de bois. Cela ne comprend pas, pour mémoire, les clochers installés au niveau des croisées de transept ou des chapelles latérales. Ce très faible résultat met en avant, comme avait pu le faire la fiche n°61, que le pan de bois n'a pas été utilisé de manière prioritaire par les constructeurs des églises de l'Eure et qu'il ne s'est jamais agi d'une technique constructive qui était destinée à être vue. Elle était tout le temps à la fois préservée des intempéries et aussi des regards car ce n'était pas le matériau le plus noble. Les deux seuls exemples visibles sont Notre-Dame du Hamel pour son pied, en pans de bois avec torchis, le reste de la structure étant simplement recouverte d'ardoise et Pullay où la tour-clocher est recouverte par des essentes de châtaignier. L'exemple de Bémécourt est donc tout à fait surprenant car son galandage en briques non recouvert d'ardoises est sans comparaison. Il est fort possible que cette tour-clocher ait été initialement en pans de bois recouvert d'essentes d'ardoises ou de châtaigniers mais qu'une campagne d'entretien ait conduit à son remplissage par du tuileau.

 

Les tours-clochers à pans de bois  des églises de l'Eure - Les Essentiels Connaissance Eglise

Partager cet article

Repost 0
Published by France Poulain - dans Les Essentiels
commenter cet article

commentaires