Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 19:51

 

Le 30 juillet 2013, le Premier Ministre a instauré par décret la protection de la Vallée du Sec Iton au titre des sites classés. Cette protection reconnaît le caractère exceptionnel de la vallée, due à la particularité de l’Iton d’avoir sur son cours moyen des étiages importants liés aux pertes et aux assèchements. Ainsi, une partie de son cours disparaît en souterrain sur 9 km. Cette disparition se produit de la commune de Villalet, au lieu-dit Le Rebrac, jusqu’à sa réapparition aux résurgences de la Fosse-aux-Dames et de l’étang de la Forge, sur Glisolles. Le cours d’eau dévoile son lit... à sec, d’où son nom de Sec Iton.

Au-delà despaysagesde qualité qu’elle révèle, la rivière présente un phénomène original qui a fait sa réputation dès le 11èmesiècle, puisqu’elle était déjà appelée le Fol Itonou la rivière folle.

Le caractère paysager de cette vallée est de grande qualité, dû en majeure partie au charme que génèrent les méandres de l’Iton. Son cours sinuant à travers la vallée offre des paysages remarquables, et par ses rives arborées, créé des scènes au romantisme certain. Des gués, des ponts, des augets, viennent accompagner son cheminement, qui font le ravissement des randonneurs et des pêcheurs. En 1950, il a été recensé sur le cours de l’Iton, quelques 33 ponts ou passerelles, 36 moulins et 27 usines dont certaines hydroélectriques.

Selon son cours normal en période d’étiage, ou complètement à sec, l’Iton propose des ambiances qui varient au fil des saisons. Ainsi, il est possible d'admirer une végétation hydrophyte en période normale, ou mésophyte lorsque le niveau baisse.

Ce phénomène, dû à la géologie locale, s’explique par un sous-sol crayeux du Crétacé supérieur. A certains endroits, la dissolution de la craie par l’acidité naturelle de l’eau forme des cavités souterraines de grandesampleurs. Ces cavités sont dénommées bétoires, fosses(sur le Sec Iton) ou dolines.Pour le Sec Iton, on entend plus souvent prononcer les noms de bétoires et de fosses. Ces bétoires se présentent sous la forme d’entonnoirs par laquelle lesquels l’eau s’engouffre pour aller rejoindre des cours souterrains karstiques. Ils forment des petits ruisseaux qui s’écoulent avec plus ou moins de facilité à travers les différentes strates descraiesou d’argile et de sable, ou bien par infiltration dans les fissures de tailles variables, pour former à nouveau un réel cours d’eau souterrain. Des cartes, sans cesse réactualisées, situent les emplacements de ces bétoires. Ces dernières sont plus ou moins aléatoires, puisqu’elles dépendent de l’action de l’eau et de la nature du sol. Au 19èmesiècle, M. FERRAY, hydrographe, en recense une quinzaine.

Un certain nombre d’expériences ont été réalisées pour essayer de comprendre et de suivre le parcours de l’Iton. Des puits ont été creusés et aménagés. En 1971, un bureau d’études en dénombra 22.On peut notamment admirer le puits des Boscherons qui descend à 22 m, ou et le puits de Gaudreville,d’une cinquantaine de mètres de profondeur.

Au milieu du 19ème siècle, les agriculteurs utilisaient l’Iton pour leur vie quotidienne. Cette rivière leur permet alors d’arroser les cultures, de faire fonctionner les moulins, de pêcher et d’abreuver leurs animaux. Face à ce cours d’eau capricieux, ils entreprennent la construction des augets. Dès le 19ème siècle, ces augets, construits en béton, sont destinés à détourner l’Iton des bétoires afin de maintenir un niveau d’eau permettant une vie normale. On peut toujours en admirer quelques uns en suivant son cours.

De nos jours, le Sec Iton joue un rôle important d’écréteur lors des épisodes de crues, de par sa capacité à stocker les eaux superficielles vers le sous-sol.

À cela s’ajoutent de nombreuses légendes liées, entre autres, à son parcours en partie aérien et en partie souterrain. Ce rapport présente la légende du diable ou celle de la Fosse aux Dames, ou encore celle de Saint Médard.

amengament hydraulique ptt

Partager cet article

Repost 0
Published by France Poulain - dans Les Essentiels
commenter cet article

commentaires