Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes publications

Ouvrages

POULAIN, F. (sous la dir), Les églises de l'Eure à l'épreuve du temps, Editions des Etoiles du Patrimoine, 2015, 240p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F, La reconstruction dans l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, décembre 2010, 350p.

POULAIN, F, Les Ateliers d'urbanisme Associatifs, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, juillet 2010, 229p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F.Le Millefeuille de l'Oise, Éditions de la direction départementale des Territoires de l'Oise, octobre 2010, 160p.

DE MEYERE, A., POULAIN, F,Manuel des Territoires de l'Oise, ou comment territorialiser le Grenelle de l'Environnement, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, janvier 2010, 500p.

POULAIN, F, Le camping aujourd'hui en France, entre loisir et précarité, Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, septembre 2009, 172p.

POULAIN, F., POULAIN, E.,  L'Esprit du camping, Cheminements, 2005 , Éditions Cheminements, octobre 2005, 312p.

POULAIN, F.,  Le guide du camping-caravaning sur parcelles privées, Cheminements, 2005 (disponible sur le site de cheminements), Éditions Cheminements, juin 2005, 128p.

COSSET, F., POULAIN, F., Ma cabane en Normandie, CRéCET, 2002 , Chalets, petites maisons et mobile homes du bord de mer, Coll. Les carnets d’ici, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie, 2002, 64p. ISBN 2-9508601-7-6 (br.)

 

Ouvrages collectifs

BOISSONADE, J., GUEVEL, S. POULAIN, F. (sous la dir.),Ville visible, ville invisible, Éditions l'Harmattan, 2009, 185p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), 2009, l'aménagement durable des territoires de l'Oise,Éditions de la direction départementale de l'Equipement et de l'Agriculture de l'Oise, 2009, 184p.

DE MEYERE, A. (sous la dir.), L'Oise, territoire 2008, Éditions de la direction départementale de l'Equipement de l'Oise, 2008, 127p.

 

Articles parus dans Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l'Eure (2012-2014),Rapport sur le mal logement – Fondation Abbé Pierre(2008-2014),Études Foncières(2000-2009),Le Moniteur (2005),Espaces, Tourisme et Loisirs(2005- ),Les Cahiers de la RechercheArchitecturale et Urbaine (2004),Territoires(2004),Le Caravanier, camping-caravaning(2004),Cahiers Espaces (2001-2003),Labyrinthe (2001),Urbanisme(2000) + nombreux articles dans des revues grand public (Libération,Le Monde,Le Point,Le Moniteur,Ouest-France...)

 

Actes de colloques parus dans Changement climatique et prévention des risques sur le littoral, MEDAD (2007) « Camper au XXIesiècle, ou le paradoxe du mouvement arrêté » (2007)Identités en errance.Multi-identité, territoire impermanent et être social, BOUDREAULT, P-W, JEFFREY, D., (sous la dir.),Petites machines à habiter, Catalogue de l’exposition du concours « Home sweet mobile home ou l’habitat léger de loisirs », Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Sarthe, (2004),« Le camping-caravaning sur parcelles privées, étude des effets réels d’une réduction des droits d’usage attachés au droit de propriété ».Droits de propriété, économie et environnement : le littoral, IVème conférence internationale(2004), FALQUE, M. et LAMOTTE, H., (sous la dir.).

9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 19:41

Le bâti et son environnement compose un tout qu'il est important d'analyser afin de pouvoir apprécier au mieux les évolutions qu'il est possible d'y apporter lors de l'insertion de nouvelles constructions. Afin de disposer d'un cadre commun à la réflexion, plusieurs cartes ont été superposées avec les grands ensembles paysagers (DREAL), les petites régions agricoles (DRAAF) puisque l'agriculture est un bon indicateur de l'adaptation des activités humaines au milieu et la géologie (BRGM) puisque c'est aussi par les matériaux disponibles que les architectures sont si diverses sur le territoire.

images paysages combinees 4

Le croisement permet d'arriver à une carte, certes floue, mais qui offre la possibilité de distinguer plusieurs grands territoires.

image paysages 2 d

Une première impression se dégage de cette carte-croquis : les vallées moins encaissées situées au nord de la Seine constituent des milieux agricoles où c'est bien la vallée qui est lieu de vie et de terroir au contraire des vallées plus encaissées du sud de la Seine qui forment des limites entre secteurs. Ainsi, des espaces localisés sur les plaines ou les zones alluviales dessinent un autre cadre pour la vie humaine.

image paysages 6 b

Partager cet article

Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 19:13

 

Comment qualifier « l'identité normande » ? Elle est au coeur de nombreuses discussions ou écrits lorsque l'on recherche les fondements d'une doctrine en matière de constructions nouvelles et de rénovations aux abords des monuments historiques de l'Eure. De manière simple, trois caractères principaux existent : le pan de bois, la brique et la bichromie.

En ce qui concerne le pan de bois ou colombage, c'est véritablement la base de l'identité normande. Plusieurs éléments nous le démontrent comme par exemple c'est trois boîtes aux lettres qui reprennent les critères du colombage, ou bien encore tous ces magazines de vente immobilière qui font du colombage leur tête d'affiche en inscrivant « ma ison de caractère » ou bien encore « maison normande ». Et il est vrai que le colombage est un signe distinctif présent dans la quasi-totalité du département de l'Eure, de l'Est avec par exemple Lyons la Forêt ou Etrepagny jusqu'à l'Ouest avec les villes du Bec Hellouin ou de Cormeilles, du Nord avec Quillebeuf sur Seine au Sud avec Rugles. Dans certains cas, il est simplement lasuré ou vernis et dans d'autres secteurs, il est peint de manière coloré parfois de manière sobre mais aussi souvent désormais avec des couleurs plus tranchées comme le bleu azur, le rose flamboyant...

colombage

Le deuxième caractère identitaire est celui des maisons en briques, car c'est un matériau facilement réalisable sur place puisqu'il suffit d'argile et d'un four. Le sud du département en est particulièrement friand. Au fil du temps, on assiste à des différenciations avec briques rouges ou rosées et briques vitrifiées issues d'une cuisson trop importante, puis à partir du milieu du 19ème siècle, de briques jaunes ou briques émaillées ou vernissées qui rendent les façades plus décoratives. Notons également l'importance des pièces émaillées comme des épis de faîtage ou des pièces au-dessus des linteaux et des bandeaux.

brique

Pour la bichromie, c'est une constante forte dans le département de l'Eure. La raison est bien sûr liée à la diversité des matériaux disponibles dans chaque secteur, avec le grison, la pierre de Vernon, la brique, le silex qui peut aller du blanc au noir en passant par le rose. Ces différents matériaux ont été mis en interaction au niveau des façades pour apporter un certain relief et une recherche architecturale qui perdure de nos jours. Ce caractère important doit être compris et ré-introduit dans les constructions réalisées actuellement aux abords des monuments historiques, grâce à des peintures différentes, des enduits bicolores, des choix de matériaux...

bichromie

Et un dernier style apparaît dans nos campagnes, celui du patchwork de matériaux. Il est intéressant car lié aux effets du temps qui passe et est quasiment impossible à recréer d'une manière artificielle. C'est aussi cette diversité qui donne une ambiance si riche à nos communes. Il n'est donc pas nécessaire de vouloir démolir à tout crin pour faire neuf.

Partager cet article

Repost0